Partenaires



Bulletin

Rejoignez Nous

Archives mensuelles : février 2009

Les articles de la “Buvette des Alpages”

« BUVETTE DES ALPAGES »  – COMMENTAIRES DU 09 JANVIER 2009

Croisière Blanche 2009

La 32ème croisière blanche aura lieu du mardi 27 au vendredi 30 Janvier 2009.

L’organisateur de la “Croisière Blanche”annonce : “Venus de toute l’Europe, les passionnés du pilotage hivernal affluent pour participer à cette rando mythique au coeur des Hautes-Alpes. Ce raid reste néanmoins une épreuve sportive où il ne faut pas avoir peur de se salir, de se mouiller et d’avoir froid !

Non à la Croisière Blanche illégale !

Communiqué de presse Moutain Wilderness

Du 27 au 30 janvier 2009, les Grands randonneurs motorisés souhaitent organiser une nouvelle édition de la “Croisière Blanche”, cette manifestation rassemblant 400 équipages de 4×4, quads et motos sur plus de 300 km d’itinéraires situés en zone périphérique du Parc national des Ecrins. Ils ont pour cela demandé au Préfet des Hautes-Alpes une énième autorisation dérogatoire exceptionnelle au principe général d’interdiction de circulation motorisée dans les espaces naturels posé par la loi. Les récentes condamnations juridiques obtenues tant au pénal que devant la juridiction administrative démontrent cependant que la “Croisière Blanche” est illégale. Nos associations s’opposent vigoureusement à la tenue d’une nouvelle édition de cette manifestation.

Le 23 décembre dernier, le Tribunal administratif de Marseille a rendu son verdict dans l’affaire n°0601683-7 «Association Mountain Wilderness contre Préfet des Hautes-Alpes.»  Mountain Wilderness France attaquait l’arrêté préfectoral autorisant l’organisation de l’édition 2006 de la “29ème Croisière Blanche Vulco” au motif que cet arrêté ne satisfaisait pas aux exigences de protection de l’environnement que le Préfet doit obligatoirement prendre en considération.

Le Tribunal administratif a reconnu les dommages occasionnés à l’environnement au cours de cette manifestation, prenant notamment en compte les tracés adoptés, la nature de l’épreuve et des engins motorisés concernés, la période d’hivernage pendant laquelle elle se déroule ainsi que le nombre élevé de participants.

S’appuyant également sur la richesse faunistique et floristique de la zone concernée (zone périphérique du Parc national des Ecrins, comprenant un grand nombre de zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique et de sites d’intérêt communautaire, refuges de nombreuses espèces protégées comme le tétras-lyre, le lynx, l’aigle royal ou la truite Fario), le Tribunal a jugé que «le préfet des Hautes-Alpes a fait une insuffisante appréciation des intérêts écologiques à protéger» et a annulé l’arrêté d’autorisation de la “Croisière Blanche” 2006.

L’instruction du recours en annulation déposé par Mountain Wilderness France pour l’éditions 2005 de la “Croisière Blanche” est encore en cours ; le Tribunal administratif de Marseille a clôt l’instruction le 5 janvier dernier. L’arrêté préfectoral autorisant l’édition 2005 étant quasiment identique à celui pris en 2006, nul doute que là aussi le Tribunal jugera, comme pour 2006, que les préfets successifs ont fait une erreur d’appréciation en autorisant une aussi grosse manifestation d’engins nuisibles à l’environnement dans un espace naturel fragile et de très grande qualité.

Le 24 octobre 2008, c’est le Tribunal de police de Gap qui condamnait l’association “Les Grands randonneurs motorisés”, organisatrice de l’événement, ainsi que son président, M. Jean-Louis Milelli, à de fortes peines d’amende et à verser des dommages et intérêt à Mountain Wilderness pour avoir envoyé, lors des éditions 2007 et 2008, les participants circuler dans les espaces naturels, hors des itinéraires autorisés.

Cette condamnation faisait suite à la plainte déposée par Mountain Wilderness France, sur la base d’un constat d’huissier mandaté sur place par ses soins et de procès verbaux de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage. Les organisateurs, bien qu’ayant reconnu les faits, ont souhaité faire appel de ce jugement ; une décision de la Cour d’appel devrait intervenir en cours d’année.

Ces décisions judiciaires confortent l’opposition de nos associations contre cette “Croisière Blanche” illégale : c’est non seulement l’esprit, mais aussi la lettre de la loi qui est bafouée à chacune des éditions de la “Croisière Blanche”.

Tandis que la communauté scientifique toute entière s’alarme de l’accélération des conséquences redoutées de la production de gaz à effet de serre et des dégradations de notre environnement, une minorité s’entête à revendiquer leur «droit», été comme hiver, de sillonner pistes et chemins d’un bout à l’autre du territoire avec des engins motorisés bruyants, polluants et dévastateurs.

Les organisateurs des précédentes éditions de la “Croisière Blanche” en Valgaudemar et Champsaur ont en effet déposé auprès des services de la préfecture des Hautes-Alpes une énième demande d’autorisation dérogatoire à l’interdiction générale de circulation des véhicules à moteur dans les espaces naturels pour l’organisation d’une énième édition en janvier 2009, afin d’envoyer 400 équipages de 4×4, quads et motos, venant d’aussi loin que la Scandinavie, la Russie ou Israël, saccager plus de 300 km d’itinéraire en montagne.

Autoriser cette 32ème “Croisière Blanche” nous semble tout à fait impossible dans un tel contexte juridique et politique. Car le contexte politique a lui aussi évolué vis à vis de ces questions :

1). le 30 novembre 2007, le Comité de Massif des Alpes a adopté à l’unanimité une motion reconnaissant que « le développement des loisirs motorisés —motos-neige, quads, circulation des véhicules tout terrain, manifestation autour de ces véhicules—  est contradictoire avec les efforts effectués pour valoriser le paysage et le milieu naturel » et recommandant « la limitation des manifestations autour des engins motorisés qui sont des occasions de promouvoir ces pratiques » ;

2). l’Assemblée nationale vient d’adopter, en première lecture, et à la quasi-unanimité, le projet de loi relatif à la mise en œuvre du Grenelle de l’environnement dont l’article 1er dispose «Pour les décisions publiques susceptibles d’avoir une incidence significative sur l’environnement, les procédures de décision seront révisées pour privilégier les solutions respectueuses de l’environnement, en apportant la preuve qu’une décision alternative plus favorable à l’environnement est impossible à un coût raisonnable.»

Pour toutes ces raisons, nos associations ont demandé à Madame Nicole Klein, Préfet des Hautes-Alpes, de privilégier dans sa décision les solutions respectueuses de l’environnement et, à ce titre, de refuser la caution de l’État à une entreprise commerciale de promotion d’activités en contradiction choquante avec les recommandations en faveur de comportements plus économes en énergie et plus respectueux de l’environnement qui sont légitimement demandées à l’ensemble des français.

Cette position a été réitérée en Préfecture de Gap le 5 janvier dernier lors d’une réunion de nos représentants avec M. Hervé Demai, Directeur de Cabinet de Mme le Préfet, et M. Rémi Alberti, Secrétaire général de la Sous-préfecture de Briançon, en charge de tous les dossiers concernant les évènements sportifs du département.

La Préfecture se doit en effet de montrer l’exemple et ne saurait prendre d’actes manifestement illégaux.

Nos associations ne pourront tolérer qu’une énième édition de la “Croisière Blanche” soit autorisée de manière tout aussi illégale que les éditions précédentes.

Mountain Wilderness France

Commission internationale pour la protection des Alpes
Fédération française des clubs alpins et de montagne
France Nature Environnement
Paysages de France
Société alpine de protection de la nature
SOS Environnement Haute-Durance
CALME – Coordination pour l’Adaptation des Loisirs Motorisés à l’Environnement

La Tunisie, c’est fini !

La TUNISIE était vraisemblablement le pays le plus aimé, le plus prisé par les pratiquants de 4×4 amoureux de désert, de grands espaces et de bien être !

Hélas les choses ont bien changé ! Il est très loin le temps où nous étions accueillis avec le sourire, où les Tunisiens faisaient assaut de gentillesse à notre égard ! C’était il y a trente ans pour les plus anciens d’entre nous !

Depuis quelques années, la FF4x4 y achevait la formation de ses Brevets Fédéraux BF3 dans le grand sud. Il y avait bien eu une alerte à la restriction des autorisations de circulation mais après une bonne levée de boucliers tout était redevenu normal jusqu’à ce jour funeste où un couple d’autrichiens a prétendument été kidnappé en territoire Tunisien par des « terroristes » venus d’Algérie !

Parmi les « africains et sahariens », il ne s’est pas trouvé grand monde pour croire cette version des faits et avaler les grosses couleuvres sécuritaires que l’on nous présentait.

Tout le monde a cru que tout redeviendrait « normal » une fois les « kidnappés » retrouvés. Hélas cette fois ci, rien n’est rentré dans l’ordre ! L’attrait du gain d’argent a vite pris le dessus et tout a pris un sens non plus sécuritaire mais commercial !

Nous pensions que les Tunisiens avaient tout compris du mécanisme touristique ; il nous faut aujourd’hui déchanter ! Les faits démontrent à l’évidence que seul l’appât du gain facile puisqu’imposé les intéressait !

Aujourd’hui, en effet, même en payant, vous êtes refoulés des zones les plus intéressantes à parcourir ou à découvrir, à savoir celles se situant le long de la frontière Algérienne.

Les obligations ne sont pas minces, il faut :

Dans la zone Sud :

1 Téléphone satellitaire (Interdit sur le territoire tunisien !)une place pour le guide obligatoire ou prendre un guide avec sa voiture ! Guide qui se refuse de toutes façons à franchir la moindre dunette et tente de vous imposer les pistes !un véhicule de location pour transporter l’escorte militaire,

Dans la zone Nord :

Obligation d’avoir un GSM TUNISIEN ! Véhiculer le guide ! 50€ par jour pour le guide obligatoire20€ par personne pour « frais de dossier »

Tout ceci sans préjuger de ce que peuvent inventer les « petits chefs » locaux !

C’est donc la rage au cœur que je recommande à tous les pratiquants 4×4 de boycotter la TUNISIE.

Les services offerts par les « agences de voyage tunisiennes » aux voyageurs que nous sommes ne peuvent nous intéresser et l’obligation faite d’avoir recours à leurs services constituent des mesures contraires à nos intérêts et une brimade supplémentaire.

Il est hors de question de transformer de paisibles voyageurs en otages d’un tourisme anarchique et inféodé. Les tarifs pratiqués qui peuvent sans risque de se tromper être qualifiés d’exorbitants dissuaderont à coup sûr les passionnés de désert qui trouveront, c’est certain, d’autres destinations.

Le Maroc, qui reste les pieds sur terre, bénéficiera sans doute d’un report massif à son profit des annulations des destinations Tunisiennes et les plus intrépides d’entre-nous continuerons à débarquer à la Goulette mais seront le soir même à la frontière Libyenne ou bien à Azoua pour entrer en Algérie qui s’ouvre à nouveau au tourisme.

La Tunisie a brutalement changé de Cap ! Elle a choisi de privilégier le tourisme de masse au détriment du vrai tourisme Saharien alors que les deux pouvaient continuer à exister côte à côte.

Même les grands opérateurs qui ont beaucoup apporté au tourisme tunisien se font refouler !

La FF4x4, qui avait choisi le Sud Tunisien pour parachever la formation des Guides en zone désertique et en milieu hostile va donc être contrainte de trouver une autre destination ! Dommage, mais nécessaire et indispensable. Adieu donc DOUZ, TATAOUINE, REMADA, EL BORMA, Le Jacuzzi et les sources d’eau chaude.

C’est aussi avec beaucoup de tristesse que nous saluons nos amis Tunisiens qui nous ont si gentiment accueillis pendant une trentaine d’année, qu’ils soient pétroliers à SP3 à El Borma, qu’ils soient responsables des Postes de Garde Nationale ou responsables militaires, à eux tous encore Merci ! Merci !

Gérard TROSSEVIN

Italie : La FF4x4 franchit les frontières

 

Bienvenue à Massimo Scianna

Sono d’accordo con Gerard TROSSEVIN, Presidente della Federazione francese di 4X4 per Massimo Scianna congratulazioni per la sua nomina come Presidente della Federazione Italiana Fuoristrada, successore di Marco Fedeli è dimesso per motivi professionali.
Auguriamo un buon Marco pensionamento.
  
Come affermato Wanni Zarpellon, il suo Segretario Generale non ha alcuna notizia del FETT. Vogliamo vedere in questo nuovo appuntamento di un segno che il recupero. Le relazioni tra le nostre due federazioni sono sempre molto cordiale e fraterno.
Jean Paul PORTAL, 

FF4X4 FF4X4
 
Je me joins à Gérard TROSSEVIN Président de la FEDERATION FRANCAISE DE 4X4 pour féliciter chaleureusement  Massimo Scianna pour sa nomination à la présidence de la FEDERAZIONE ITALIANA FUORISTRADA, qui succède ainsi à  Marco Fedeli, démissionné pour des raisons professionnelles. 
Nous souhaitons à Marco une bonne retraite.
  
Comme le précise Wanni Zarpellon, son secrétaire général resté sans nouvelles de la F.E.T.T. Nous souhaitons voir en cette nouvelle nomination un signe qui la relancera. Les relations entre nos deux fédérations sont toujours très cordiales et fraternelles.

Jean Paul PORTAL

Réunion du samedi 07 février 2009 à Clermont Pouyguilles avec la FLTT et la FF4X4

Compte rendue de la réunion du samedi 07 février 2009 à

Clermont Pouyguilles avec la FLTT et la FF4X4

Continuer la lecture

Tempête du 24 janvier 2009: le gâchis

La FF4X4 déplore que malgré les propositions de mise à disposition d’hommes et de matériel, qui ont été faites dès le lendemain même de la tempête aux Préfets des Régions concernés, aucune demande n’a été faite en se sens par les autorités.

 Comme cela a largement été démontré lors des précédentes catastrophes naturelles, cette aide aurait pu être d’une grande utilité surtout pour les populations coupées du reste du monde soit du fait d’arbres abattus sur les voies de communication, soit du fait des inondations !
 
Personne ne peut ignorer aujourd’hui que grâce à son réseau S.O.S. 4×4, la FF4X4 met à disposition, des bénévoles avec leurs véhicules 4×4 afin de porter assistance à la population et aux collectivités locales. Il est en effet parfaitement normal qu’ un soutien logistique supplémentaire soit apporté aux pouvoirs publics qui face à des catastrophes naturelles de grande ampleur peuvent se retrouver devant une pénurie de moyens.
 
Doté aujourd’hui d’un Plan d’Intervention, ce Réseau structuré est en mesure de lancer un appel à la mobilisation en quelques heures et de fournir aux autorités plusieurs dizaines de 4×4 (jusqu’à 300 véhicules).
 
La FF4X4 et ses responsables ont voulu accomplir en même temps que leur devoir un acte de solidarité. Aujourd’hui, il ne reste plus qu’à essayer d’expliquer aux sinistrés et aux maires des communes les raisons du manque de réactivité des pouvoirs publics face à une catastrophe de cette ampleur et surtout pourquoi on a voulu se passer des moyens énormes proposés.
 
 
Le Président de la FF4X4.
 
Gérard TROSSEVIN.

5 février 2009